logo-impression
  • Posté le 6 juillet 2016 / 27 visites

Comité Technique Ministériel du 4 juillet 2016 : blocage du dialogue social

Le Comité Technique Ministériel s’est tenu lundi 4 juillet 2016 dans un contexte d’intense tension sociale. La CGT a rappelé la nécessité pour le gouvernement de sortir de son isolement, d’entendre la contestation largement majoritaire contre la loi travail et de retirer le texte sans plus attendre.

Nous avons condamné avec fermeté, les comportements anti-démocratiques du gouvernement illustrés par l’utilisation de l’article 49-3, les atteintes aux libertés fondamentales comme le droit de manifester et plus globalement la déliquescence complète du dialogue social dans le pays. Force est de constater que ce dialogue est tout autant impossible et stérile à Bercy.

Nous avons également indiqué n’être pas dupe des intentions gouvernementales vis à vis des salariés de Bercy, et que les attaques contre les conquêtes sociales incarnées par la loi travail étaient incluses dans une stratégie plus globale contre le monde du travail dont les agents des ministères de Bercy font intégralement partie.

Nous avons posé une série de questions concrètes et précises (voir déclaration cgt consultable sur le site) qui sont une nouvelle fois restées sans réponse.

A l’issu de se premier tour de table seules des informations budgétaires nous ont été fournies. Sans doute aurait il fallu que nous prenions comme une bonne nouvelle, l’annonce d’un éventuel ralentissement des suppressions d’emplois à Bercy compte tenu notamment des mesures qui ont déjà été prises dans la sphère douanière suite aux attentats du 13 novembre 2015. Malgré les menaces terroristes, les dangers qui pèsent sur la sécurité environnementale et alimentaire, malgré les scandales financiers à répétition et la fraude fiscale massive, il y aura bien une nouvelle vague de suppression d’emplois en 2017 !

Surement devions nous intégrer également au rayon des bonnes nouvelles les annonces sur l’indemnitaire qui nous ont été faites. Alors que les salariés de ces ministères enregistrent une perte de leur pouvoir d’achat depuis plus de 10 ans et ont vu la possibilité de reconnaissance de leur qualification fondre comme neige au soleil ces dernières années, on nous a "annoncé" l’application au 1er juillet de l’augmentation de 0,6 % du point d’indice ce qui devrait se traduire par une augmentation d’une dizaine d’euros pour les agents du ministère et l’application de PPCR qui ne rapportera rien à une bonne partie des agents et des broutilles pour les autres.

Après une suspension de séance, actant le blocage total du dialogue social et ne souhaitant pas rester en séance pour accompagner la mise en place de nouveaux reculs sociaux, la délégation CGT a décidé de quitter ce CTM.