logo-impression
  • Posté le 2 août 2013 / 33 visites

HMI 20 juin 2013

HARO SUR LES FONCTIONNAIRES

HARO SUR NOS RETRAITES

Le ministre de l’économie a renoncé à plafonner les rémunérations des dirigeants d’entreprises privées après avoir encadré celles des dirigeants du secteur public. Il tranquillise du beau monde dont les PDG de la BNP et de la Société Générale : leurs rémunérations ont augmenté respectivement de 40 et 30% en 2012. Quant à la grande réforme fiscale pour plus de justice, on attendra : on rabote quelques niches. L’évasion fiscale (1000 milliards en Europe, 50 milliards en France) prospère : l’Europe libérale en parle mais remet les décisions à plus tard, beaucoup plus tard…...

Par contre l’austérité pour les services publics et la protection sociale ne doit pas attendre. Les gouvernements libéraux européens revendiquent l’austérité pour le salariat. Il leur faut des salariés flexibles et bon marché, des États économes de leurs prestations sociales dont les retraites, des services publics rendus au privé et à la Bourse. Ce serait la seule façon de relancer la croissance ?

Qui peut croire cela à part le MEDEF et quelques autres ? Qui peut croire que des services publics amoindris, un pouvoir d’achat en chute libre, des prestations sociales et des retraites en baisse sont LA solution ? On nous gave d’une potion maléfique : il faut de la « rigueur », du soi-disant « courage » mais toujours pour les mêmes !

Les salariés qui créent les richesses du pays seraient-ils coupables de se soigner, de vouloir se loger et éduquer leurs enfants, d’avoir trop de vacances ? Ce que l’on cache allégrement c’est l’injustice fondamentale de la situation qui nous conduit inexorablement vers toujours plus de mal vivre. Les actionnaires du CAC 40 ont vu, eux, leurs rémunérations (cash+actions+rachats) progresser en 2011 de 4,8%, en 2012 de 4,4%. Les Échos-Bourse annoncent pour 2013 des « profits attendus en forte hausse » (20/03/1013).

Haro sur les fonctionnaires pour que vivent les actionnaires ?

Et l’on voudrait, après 3 ans de gel des salaires, s’en prendre aux retraites des fonctionnaires en les diminuant en moyenne de 8% par un nouveau mode de calcul, et surtout en masquant la réalité de ce qui est réellement perçu !!! Ne nous laissons pas désinformer ! Combattons l’intox !

Retraites moyennes perçues dans la fonction publique en 2011 :

cf PJ pour avoir le détail

LA RÉALITÉ DES PROJETS

BAISSER NOS RETRAITES EN MODIFIANT LE MODE DE CALCUL

MONTANT DES RETRAITES EN FONCTION DE MODE DE CALCUL
FONCTIONNAIRES AU DERNIER ÉCHELON DE LEUR GRADE AYANT TOUTES LEURS ANNUITÉS

cf PJ pour avoir le détail

Le faux semblant qui consiste à faire croire que la prise en compte des primes réduirait cette diminution drastique doit être d’ores et déjà dénoncé. D’une part il ne s’agirait que d’une prise en compte très partielle, d’autre part les primes intégrées seraient soumise à cotisation et imposition. La ficelle est grosse….
Si l’on s’en tient au projet actuel préconisé par le rapport Moreau, la catégorie C étant majoritaire dans les trois versants de la fonction publique, on risque d’aboutir à une « smicardisation » des retraites des fonctionnaires. D’autant qu’il y a un second projet pour faire baisser les retraites : l’allongement de la durée de cotisation.

BAISSER NOS RETRAITES PAR L’ALLONGEMENT DU TEMPS DE COTISATION

L’âge moyen d’entrée dans certaines administrations (comme la DGCCRF) tourne autour de 25 ans. Une retraite à taux plein ne peut être actuellement obtenue qu’après 42 annuités, soit à l’âge de 67 ans. D’ores et déjà ont peut prévoir que les fonctionnaires ne bénéficiant pas d’une retraite à taux plein, notamment les femmes, seront de plus en plus nombreux. Si on aggravait encore ce système en augmentant les annuités on aboutirait à des retraites en dessous du Smic pour la catégorie C et avoisinant 1,5 smic pour la catégorie A. Quant aux conséquences sur les carrières on peut prévoir d’interminables blocages aux derniers échelons des grades.

L’OPPOSITION DÉTERMINÉE DE LA CGT

50 milliards d’évasion fiscale, des riches qui s’enrichissent chaque jour d’avantage et des pauvres de plus en plus nombreux, une fiscalité injuste, des multinationales qui ne paient pas d’impôts, des subventions énormes aux entreprises sans contreparties, une financiarisation totale de l’économie : c’est cela qu’il faut changer, c’est cela qui creuse les déficits, plombe les comptes sociaux. Une autre voie est possible : celle de la justice sociale et économique, celle de la solidarité collective. C’est la voie que défend la CGT.
Mobilisons-nous dès maintenant.
Venez vous informer et en discuter. La CGT Organise à Chevaleret une HMI (autorisation d’absence de l’administration) :

HEURE MENSUELLE D’INFORMATION JEUDI 20 JUIN ENTRE 12H 30 et 14h30Salle 3166 – Bâtiment Grégoire

Documents joints à l'article :