logo-impression
  • Posté le 14 novembre 2018 / 47 visites

Comité Technique Spécial SEP2 du 13 novembre 2018

Un dialogue social fragilisé, une instance décisionnelle qui ne l’est pas !

Les élus CGT ont souhaité , pour le dernier CTS de la mandature, faire part à l’administration du mécontentement des agents.
Et cela de manière ferme, dans une déclaration liminaire forte (voir en pièce jointe), y compris avec les témoignages des intéressés, rappelant les engagements non tenus.

La CGT a rappelé qu’elle se bat, aux côtés des agents pour :

-  L’indemnisation d’un service fait en 2017 et 2018 par les agents du service de sécurité ce qui représente 85 heures supplémentaires dues par an. Malgré un arrêté en date du 11 janvier 2017, l’administration n’a toujours pas à ce jour appliqué la décision.

-  La CGT est intervenue en demandant un déroulement de carrière et une revalorisation cohérente pour tous les agents de la filière technique, propositions indiquées dans la profession de foi des candidates et candidats au CTS
Ras le bol des promotions au rabais, Ras le bol du blocage de déroulement de carrière, Refus de promotion entrainant une baisse du pouvoir d’achat !

Sous notre pression puis celle de l’ensemble des organisations syndicales, le Président de séance M. GICQUELET a accepté d’évoquer les 85 heures supplémentaires. Dossier sur lequel Mme BRAUN LEMAIRE s’était engagée, il y a un an, à trouver une solution rapidement !

Le Président de séance et le sous-directeur de SEP n’ont fait que fournir des explications fort peu convaincantes et ont invité les organisations syndicales à renouer le dialogue en 2019, sans prendre en compte les années 2017/2018, en précisant que ce dossier est parfaitement instruit !!!

Mais de qui se moque t’ on !

Devant le MUTISME de l’administration dans l’impossibilité d’apporter des réponses à nos demandes et le manque méprisant de reconnaissance, une suspension de séance a été demandée.

A l’issue de celle-ci, la CGT et les organisations syndicales représentatives en CTS (CGT, UNSA, FO CFDT) ont décidé :
- que l’instance n’était pas en mesure d’apporter des réponses audibles aux demandes des personnels et organisations syndicales sur les 85 heures supplémentaires et le déroulement de carrière de la filière technique
- de quitter la séance.

En délégation nous sommes allés au cabinet faire une demande d’audience auprès du Ministre Gérald Darmanin, celle-ci sera finalisée par écrit par les organisations syndicales représentatives en CTS.

Nous vous tiendrons informés des suites de notre démarche.

Documents joints à l'article :