logo-impression
  • Posté le 21 mars 2022 / 19 visites

Liminaire de la CGT au CTS SIEP 2 du 21 mars 2022

Monsieur le président, chers collègues,

Suite à l’expérience de la pandémie et à la décision de réorganiser le service technique en le fusionnant avec l’immobilier, des perspectives de recrutement vont s’ouvrir.

Ces perspectives rendent encore plus urgentes des avancées sur les questions statutaires, après la mise en extinction des corps de promotion pour les techniques.
On ne peut pas juste se contenter de détruire l’existant sans offrir aucune solution de remplacement.

Si l’administration recrute à un niveau de qualification significatif elle ne peut, pour recruter des fonctionnaires, que recruter dans d’autres ministères qui ont des corps de B et de A (enseignement supérieur, Intérieur, Culture, Écologie) en position normale d’activité. Sinon ce ne peut être que des contractuels, mais la pandémie a conduit l’administration à réviser ses a priori sur des recrutements futurs exclusifs en contractuels, d’autant plus que la rémunération des agents publics a décroché du niveau du marché du travail.

Nous continuons à considérer qu’un détachement d’un ingénieur adjoint sur un poste de contractuel pour exercer des fonctions de catégorie A n’est pas acceptable, parce que ce détachement n’aura aucun effet sur le niveau de la retraite des personnels, alors même que la grille actuelle des ingénieurs adjoints n’est pas au niveau du 3ème grade de la catégorie B.

La CGT propose de modifier cette grille pour qu’elle culmine à l’indice maximum des assistants ingénieurs de l’Enseignement supérieur ou de la Culture, ce qui permettrait un départ en retraite sur un indice de catégorie A.

Il est urgent d’avancer sur une véritable perspective statutaire en B et en A au ministère des Finances.

L’alignement de la grille des APST1 et 2 sur le 1er et le 2ème grade de la catégorie B de 2022 et non plus de 2008 pourrait par exemple être fait à court terme.

Documents joints à l'article :