logo-impression
  • Posté le 27 mai 2022 / 97 visites

Compte-rendu de la réunion DGE avec les organisations syndicales du 20 mai 2022

Les points de discussion :
. Campagne d’évaluation professionnelle, campagne bonus
• Campagne mobilité interne DGE
• Le Temps II du mode projet
• Contractualisation entre le SG Bercy et le SG de la DGE (Ambition SG)
• La nouvelle offre de service du SG de la DGE
• Déménagement de la direction
• Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes
La CGT a demandé l’ajout de points : mise en œuvre du télétravail ; souffrance au travail ; situation des agents sans affectation suite à la restructuration.

Cette réunion a été marquée par l’attitude très tendue des représentants de la DGE qui a conduit de leur part à un sérieux manque de réserve concernant une situation de souffrance au travail.
La réunion avait mal commencée puisque le DGE avait voulu nous faire partager les résultats de l’observatoire interne, soit disant très positifs pour sa direction. La CGT a fait observer que nous n’avions pas communication à l’avance ou en séance des éléments évoqués et a demandé à sursoir à cet exercice d’auto satisfaction. Cette demande a été appuyée par l’ensemble des OS et le DGE a dû passer à l’examen des points à l’ordre du jour.
La CGT a demandé l’ajout de points : mise en œuvre du télétravail ; souffrance au travail ; situation des agents sans affectation suite à la restructuration. Cette demande a été acceptée par l’ensemble des participants.

Campagne d’évaluation professionnelle, campagne bonus
La CGT, ainsi que les OS présentes, ont souligné la réelle difficulté de « mieux valoriser la performance des agents » car le constat récurrent est fait d’une absence de corrélation entre l’évaluation et la répartition des bonus. Cela génère un sentiment d’arbitraire et d’iniquité, source de mal être et souffrance. C’est ce que la CGT avait mis en avant comme risque lorsque nous avions rappelé notre opposition aux primes à la performance pour les fonctionnaires comme pour les agents non titulaires.
Pour permettre aux OS mais aussi aux agents d’y voir plus clair, la CGT suggère de donner des éléments chiffrés en donnant des médianes qui sont plus parlant que les moyennes. La proposition est acceptée.

Campagne mobilité interne DGE
Suite à la demande des OS, pour cette campagne 2022, n’ont pas été inscrits d’office les agents en poste depuis plus de 5 ans … mais la DGE se soucie de « préserver leur employabilité » : donc attention, les agents ont une date de péremption ! Et leur fiche de poste, une fois qu’ils font un souhait de mobilité, est « mise en jeu ». Cette banalisation de ces expressions est pour la CGT un très mauvais signal sur la considération de la direction de la DGE sur les agents eux-mêmes : on est bien loin de la valorisation affichée !
La CGT observe que la mobilité interne est faible (les agents ont déjà eu leur compte avec la « transformation » !) : 17 mouvements sur les 36 postes et cela fait un appel d’air pour la direction pour recruter plus hors Bercy et aussi des contractuels.

Le Temps II du mode projet
La CGT comme la plupart des OS a rappelé son hostilité au mode projet qui est dans le document glorifié y compris bien maladroitement dans l’expression : « Le Temps II » ! Si le mode projet peut se comprendre sur un sujet ponctuel d’urgence, il est très artificiel sur les sujets de fond et génère une pression sur les agents. La direction elle parle « d’hygiène de travail » pour justifier que des revues de missions soient conduites à intervalles régulier… Ainsi, afin de gagner en « proactivité » et mieux se positionner, la DGE a souhaité « réorienter » une 20aine de missions qui ont été « supprimées, réduites ou transférées à des partenaires ».
Il est affirmé que cela n’a « pas conduit à supprimer de poste ni à modifier l’organigramme ». Ben voyons, les « transferts » sont tout simplement décrits dans le point suivant qui concerne la contractualisation !

Contractualisation entre le SG Bercy et le SG de la DGE (Ambition SG)
Un contrat de service a été signé le 29 mars pour une durée de 6 mois.
-  La procédure de validation pour le recrutement d’agents contractuels va être allégée et celle concernant les prestations cadre de vie également.
-  2 agents du bureau de la communication ont rejoint le studio graphique du SG de Bercy
-  4 agents en charge des frais de déplacements professionnels ont rejoint le SG de Bercy
-  1 agent chargé de la fonction achat rejoint le bureau des achats mutualisé de l’administration centrale
Pour la DGE les agents affectés au SG lui restent rattachés administrativement y compris pour l’évaluation et les promotions tandis que la gestion de proximité (congés et télétravail) est faite par le SG ; Ce montage est destiné à faire passer la pilule aux agents transférés ! Qu’on en juge : en cas de succès de l’expérimentation (qui va en décider ?) l’agent sera affecté au SG et s’il refuse, il lui sera proposé une autre affectation, « en priorité sur le périmètre de la DGE, en fonction des postes disponibles » !
La CGT a dénoncé ces transferts et contesté également cette entorse aux règles de gestion et demande que l’évaluation soit a minima partagée : N+1 du SG car c’est bien la gestion de proximité et N+2 DGE pour marquer le rattachement administratif.
En tout état de cause, la CGT a demandé un bilan devant les OS de cette expérimentation, bilan qui pourra remettre en cause le contrat et la situation des agents. Le DGE a accepté le principe d’un bilan en septembre.

La nouvelle offre de service du SG de la DGE document en pièce jointe
Il nous parait légitime de répondre au mieux aux besoins des agents ce qui nous échappe c’est la volonté de qualifier cela de services et plus encore de faire passer discrètement une petite réorganisation mais c’est vrai le DGE avait affirmé « ces évolutions n’ont pas conduit à supprimer de poste ni modifier l’organigramme »…

Déménagement de la direction
La quasi-totalité des équipes a été regroupé en 4 phases sur le Grand Bercy. Les OS ont fait part des conditions de travail difficiles des agents en particulier du SEN et du SI, elles alertent la direction et demandent l’intervention de l’ISST et un examen en CHSCT.

Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Document en pièce jointe
Le bilan du plan directionnel 2020-2022 a été présenté. La CGT a rappelé la nécessaire prise en compte, dès à présent, de l’accord en vigueur pour l’ensemble des directions de Centrale : il ne s’agit pas d’identifier de nouveaux axes pour le plan de la DGE mais pas d’appliquer celui qui a fait l’objet d’une signature par l’ensemble des OS. Il indique ainsi qu’il ne s’agit plus de promouvoir l’égalité mais bien de la mettre en œuvre, en particulier sur les rémunérations.

Agents sans affectation suite à la restructuration et transformation
Suite à restructuration du pôle 3 E : 9 agents ; Suite de la réorganisation de la DGE : 9 agents dont 3 sont actuellement en mission temporaire. La CGT a rappelé que la situation reste difficile pour les agents concernés et la priorité dont ils disposent pour accéder aux postes disponibles est en réalité toute relative.

Télétravail  : 90% des agents de la DGE ont recours au télétravail au moins 2 jours par semaine.

Situations de souffrance au travail
La CGT alerte sur les collectifs de travail mis à mal et qui engendrent des situations de souffrance. Il faut arrêter de nier les difficultés qui ne sont pas liés à des rares situations individuelles comme le laisse entendre la direction. A cet égard, il est vraiment anormal qu’au cours de cette réunion, un responsable ait pu nier la réalité de la souffrance d’un agent qualifié de personne à problème.
L’intervention de l’ISST et du CHSCT-C est réellement urgente.

N’hésitez pas à contacter le syndicat CGT Centrale Finances pour toute question individuelle ou collective.