logo-impression
  • Posté le 30 mars 2021 / 32 visites

L’intersyndicale s’adresse au Président de l’UGAP

Monsieur le Président, vous fixez l’objectif dans 2 ans, à 6 milliards, mais pourquoi et pour qui ?

Monsieur le Président,

Nous ne pouvons plus tolérer votre mépris affiché vis-à-vis des salariés :
• Vous persistez à refuser de distribuer des tickets restaurant aux salariés en télétravail !
• Vous retardez indéfiniment la réouverture de la négociation de l’accord Télétravail !
• Vous n’avez pas daigné répondre à nos demandes concernant la distribution de cartes cadeaux pour compenser les frais occasionnés par le télétravail !
• Vous n’avez pas daigné répondre à notre demande de prime versée aux salariés pour la prise en charge des frais occasionnés par le télétravail !
• Vous n’avez pas daigné répondre à notre demande de jours de congés supplémentaires pour l’atteinte des 4.6 milliards de commandes enregistrées grâce au télétravail !

L’ambiance de travail est de plus en plus délétère avec des mises à pieds injustifiées suivies de licenciements tout aussi injustifiés. Et la direction continue de demander des témoignages aux anciens collègues ! Que valent ces témoignages alors qu’il y a un lien de subordination ? C’est honteux dans un Etablissement qui affiche une telle productivité !

Est-il normal d’avoir un management basé sur la peur malgré une charte managériale en vigueur dans l’Etablissement mais qui reste inconnue des salariés ?
La multiplication des expertises, sollicitées par les représentants du Personnel, démontre une forte augmentation du constat des risques psychosociaux dont l’évaluation et le traitement vous incombent et que vous reportez sans cesse, ce qui constitue une preuve de votre déni ! N’oubliez pas que vous avez une obligation de résultat en la matière !

Avec vous l’UGAP est loin d’être « Great Place to Work » !

Que reprochez-vous aux salariés ?
• Vous vouliez 5 milliards : nous l’avons fait !
• Vous demandez aux salariés de s’adapter en urgence à des conditions de travail difficiles, y compris en utilisant leur matériel personnel : nous l’avons fait !
• Nous avons été contraints d’assumer à la place de l’Etablissement les frais liés au télétravail pendant que l’établissement économisait sur les dépenses de fonctionnement !
• Vous lancez des projets informatiques « à marche forcée » sans vous préoccuper à aucun moment des conséquences ni de l’accompagnement qui aurait été nécessaire !
• Au mépris des compétences internes, vous démultipliez le recours aux prestataires externes, générant ainsi un sentiment de dévalorisation pour certains et un climat anxiogène pour beaucoup, tout en dépensant des budgets dont nous ignorons tout et qui pourraient être alloués en interne.
• Vous faites fi de l’augmentation exponentielle de la charge de travail et de sa complexité que nous absorbons tous les jours, sans jamais réévaluer ni les métiers ni les salaires !
• Vous fixez un objectif de chiffre d’affaires dans deux ans à 6 milliards et un changement d’objectif pour le réseau, alors que votre stratégie est inconnue, et sans GPEC : pourquoi ?
• Que penser de vos « vœux » qui, cette année ont consisté à vous faire valoir lors d’un entretien pseudo- journalistique à destination de votre propre hiérarchie ? Avez-vous la moindre idée du sentiment de mépris que vous avez envoyé aux salariés ? Nous en doutons. Le résultat de l’Etablissement vous sert-il juste de faire-valoir à l’extérieur pour le renouvellement de votre mandat, ou la suite de votre carrière ?
Si vous preniez le temps de vous intéresser aux salariés, qui sont le corps de l’UGAP, vous comprendriez que la plupart arrive, ou est déjà arrivée, aux limites de ce qu’ils peuvent supporter. Cette indifférence, ce mépris, sont inacceptables dans un Etablissement tel que le nôtre qui a performé avant votre arrivée, et qui continuera après votre départ.
Vous vous retranchez en permanence derrière « la Tutelle » pour justifier la faible enveloppe accordée pour les augmentations annuelles alors que cette même Tutelle s’est engagée en signant le COP (Contrat d’Objectifs et de Performance) à une redistribution plus juste. Nous n’avons pas oublié que le refus d’accorder une augmentation générale est votre décision.

Nous demandons :
• Une prime de 2 000 euros pour chacun, et en tout état de cause l’application des mesures décidées dans le cadre de la PEPA Macron 3,
• 2 jours de congés supplémentaires au titre de l’exercice 2020-2021,
• L’ouverture sans délai de la négociation sur le télétravail à la hauteur des attentes des salariés,
• Le remboursement systématique des frais occasionnés pour l’aménagement du poste de télétravailleur, sur présentation des factures pour tous les salariés concernés
• Le versement d’un forfait de l’ordre de 80 euros par mois au titre des frais de chauffage, électricité…
• Le versement d’une indemnité de 75 euros par mois depuis le 17 mars 2020, pour compenser le non versement des tickets restaurant ou l’impossibilité d’accéder au restaurant d’entreprise pour l’année écoulée

En 2020, les UGAPIENS ont passé le cap symbolique des 4,6 milliards de commandes enregistrées, alors que c’est grâce à la mise en place du télétravail, malgré vous, qui a permis à l’Etablissement d’obtenir un tel résultat ; mais pour quelle reconnaissance envers les salariés ?
L’UGAP a dégagé 34 millions de bénéfice après impôts et va restituer 5 millions à la Tutelle, mais les salariés de l’Entreprise ont gagné quoi ? La notion de partage de la valeur ajoutée semble vous être étrangement étrangère.

Vous décrétez l’Achat Juste ! A quand le Juste Retour ?

L’Intersyndicale vous demande de la recevoir avant la fin de ce mois afin d’échanger concernant le calendrier de mise en place des mesures demandées.

Si rien ne change nous envisagerons plusieurs actions et un durcissement de notre position, sachez que les 5 syndicats de l’UGAP sont unis et solidaires face à cette situation.

Les salariés peuvent compter sur nous !

Copie de ce document sera adressée à l’inspection du Travail et aux membres du Conseil d’Administration ; faute de réponse de votre part à notre demande d’entretien, une demande de rendez-vous sera faite auprès de la Tutelle par l’Intersyndicale.

Partagez

Vos outils

Recherche