logo-impression
  • Posté le 12 avril 2021 / 109 visites

1er mai 2021 Journée internationale de lutte des travailleuses et travailleurs.

Depuis plus d’un an le monde entier est bouleversé par la pandémie de Covid -19 . Cette crise est multiple et a de nombreuses conséquences dans le domaine de la santé en premier lieu, mais aussi sur les questions économiques et sociales ainsi que sur le plan de la démocratie.

Elle a mis en avant les limites et les conséquences désastreuses de décennies de politiques libérales menées pour le seul profit des intérêts capitalistes. Chaque jour, nous mesurons l’acharnement que ses chiens de garde mettent en œuvre pour inventer de nouvelles contraintes et de nouvelles diversions afin de masquer leurs échecs face à la gestion de la pandémie.

Au lieu de tout mettre en œuvre pour s’unir, au niveau planétaire, afin de se concentrer sur l’éradication du virus, les réflexes des tenants du capitalisme demeurent les mêmes : Tout faire, quoi qu’il en coûte, pour continuer l’accumulation des profits tout en tentant de réduire les libertés.

Pourtant, que ce soit en France, en Europe et dans le monde, des voix s’élèvent, des luttes s’organisent afin que la priorité soit donnée aux besoins de santé et que la place des travailleurs et travailleuses soit reconnue. Partout face aux régressions démocratiques, des combats se mènent afin que nous ne vivions pas dans des sociétés de culpabilisation, de contraintes et de répression.

La CGT exige un plan de rupture avec les politiques et les logiques économiques qui nous ont menées là où nous sommes.
Dans tous les domaines, la nécessité de répondre de manière progressiste aux besoins de la population est la première des choses à faire : réinvestir dans les services publics, dans la santé, relocaliser les productions industrielles dans un cadre respectueux de l’environnement permettant de créer des emplois et d’augmenter les salaires, faire des vaccins un bien commun de l’humanité, s’attaquer aux réels problèmes auxquels est confronté la jeunesse, voilà nos priorités ! Elles ne sont pas utopiques : l’argent existe pour les financer. Les résultats indécents des grandes entreprises, le versement des dividendes, l’enrichissement des plus riches qui profitent de la crise actuelle comme d’autres, par le passé profitaient des guerres : voilà où trouver l’argent pour rompre définitivement avec les politiques libérales.

En ce premier mai, journée internationale de lutte des travailleuses et travailleurs, plus que jamais la solidarité internationale doit être mise au cœur de nos actions.
Une solidarité qui aille au-delà des mots, active et de réelle coopération dans l’intérêt des travailleuses et travailleurs du monde entier.

AGISSONS POUR UN MONDE JUSTE, SOLIDAIRE ET DURABLE

Toutes et tous à la manifestation !
14h00 - République - Paris

- Carte de France des mobilisations du 1er mai

- Tract UCR-CGT « Pensions de retraite, fiscalité : imposons d’autres choix »

- Appel des organisations de jeunesse « Le 1er Mai : les jeunes mobilisé·e·s pour leur avenir ! »

Documents joints à l'article :