logo-impression
  • Posté le 4 septembre 2017 / 6 visites

Salarié.e.s, retraité.e.s, fonctionnaires, privé.e.s d’emploi, Tou.te.s mobilisé.e.s le mardi 12 septembre !

Le mardi 12 septembre 2017 mettons nous en grève et manifestons à Paris contre les régressions sociales portées par Macron et son gouvernement !

RDV 14h00 - BASTILLE-PLACE D’ITALIE

Au pouvoir depuis trois mois, le président Macron et son gouvernement proposent un modèle social qui favorise les plus riches et précarise celles et ceux qui n’ont que leur force de travail pour vivre. Le gouvernement veut d’ores et déjà mettre en place :
- La Loi Travail XXL, une réforme explosive du Code du travail
- La baisse des aides mensuelles au logement de 5€
- La hausse de la CSG qui fera baisser le pouvoir d’achat des travailleurs.ses et des retraité.e.s et une réforme de l’Impôt sur la fortune (ISF) qui favorisera celles et ceux qui détiennent des actifs financiers
- La baisse du taux de l’impôt sur les sociétés et la transformation du CICE en baisse de cotisations sociales patronales
- La baisse des dotations des collectivités territoriales et des suppressions de postes dans la fonction publique, qui entraîneront une dégradation des services rendus aux usagers.

Pour la CGT, créer des emplois et renforcer le potentiel productif du pays, nécessite une révision globale de l’intervention de l’État. Les dépenses publiques et la fiscalité doivent favoriser l’emploi, la croissance économique, la justice sociale et l’égalité territoriale. Cela nécessite d’évaluer les aides accordées aux entreprises, une réforme globale du système fiscal, une reconquête et un développement de l’industrie et des services publics.

Fonctionnaires concernés !

Le gouvernement a annoncé :

  • Le gel et la scission de la valeur du point d’indice
  • Le rétablissement du jour de carence
  • Le non-remplacement des départs à la retraite et la suppression de 120 000 postes (50 000 dans la fonction publique d’Etat, 70 000 dans la fonction publique territoriale)
  • Le gel du budget d’action sociale interministériel
  • Des budgets de fonctionnement ponctionnés de plus de 2 milliards d’euros.
Documents joints à l'article :