logo-impression
  • Posté le 6 mars 2015 / 65 visites

Contact 8 mars 2015 - Journée internationale des droits de la femme

Au sommaire :

- Plafond et cloisons de verre dans les ministères
- Egalité : encore un effort !
- Les mots croisés
- Egalité professionnelle à Bercy
- Attachés : accès à la hors classe

Les interdits légaux d’exercice de métiers ont pour la plupart disparu dans la Fonction publique. Mais l’accès aux postes à responsabilité reste hérissé d’obstacles
invisibles mais puissants. Contre eux, la loi, Sauvadet 2012 (quotas pour les emplois à décision) et le volontarisme (plans d’action par ministère) ne suffisent pas.
L’inégalité femmes/hommes est décryptée dans un rapport sociologique de la DGAFP dont voici les grandes lignes : Au plafond de verre (blocage des passages de cadre sup à cadre dirigeant) s’ajoutent les parois de verre, division horizontale des
métiers. Ils dirigent les femmes vers des secteurs où elles sont surreprésentées et qui subissent une perte de prestige. Les ministères sociaux sont plus féminisés aux étages élevés. Aux femmes expertes, les questions sociales et scolaires, mais aux hommes managers, les Finances, la Défense, l’Intérieur…
La société tout entière participe de cette discrimination :
• dans la famille et l’école : les hommes bénéficient d’un apprentissage accru, de la confiance en eux, du goût de la compétition, du soutien de leur conjointe qui leur offre une disponibilité professionnelle extensive et une possibilité de fréquenter les réseaux de cooptations qui boostent les carrières ; à l’inverse, les femmes sont supposées être en conflit permanent entre leur double casquette professionnelle et familiale.
• au travail : des mécanismes génèrent de la discrimination indirecte envers les femmes souvent perçues en intruses dans les cercles techniques ou de pouvoir
dominés par les hommes. Ces facteurs d’inégalité sont avivés par les réformes successives de la Fonction publique (RGPP, MAP). Les hauts potentiels, notion venue du privé, sont associés à des contraintes d’horaires tardifs, d’« urgences » fréquentes,
de déplacements inopinés, de disponibilité extensive – « elle a des enfants, si on la nomme sur ce poste, elle risque d’être placée en difficulté sur un plan personnel » (c’est à elle de trancher !), à des prérequis d’expérience d’encadrement : « Elle n’a jamais encadré d’équipe, c’est risqué pour le service ». Le rapport observe que celles
qui parviennent malgré tout à construire une trajectoire satisfaisante ont souvent bénéficié de conditions atypiques (ex : mobilisation spécifique du conjoint).
Selon l’enquête, ces mécanismes sont moins opérants dans les structures à forte présence féminine. Sur le chemin de l’égalité, la route est longue, longue… à commencer par Bercy.
Source : DGAFP « le plafond de verre dans les ministères ».

Documents joints à l'article :

Documents joints

Partagez

Vos outils

Recherche