logo-impression
  • Posté le 19 juin 2017 / 48 visites

Spécial forum de la mobilité

Malgré quelques progrès, la mobilité demeure un réel parcours d’obstacles pour les agents qui souhaitent changer d’affectation. Ce que reconnait d’ailleurs l’Administration, qui parle d’un dossier complexe et difficile. Les groupes de travail se succèdent sans qu’un plan d’action ait été défini, alors que tout le monde reconnaît les freins à la mobilité : la récente enquête mobilité réalisée en administration centrale indique que 30% des agents n’ont pas fait de mobilité depuis 15 ans et 1 agent sur 2 rencontre des difficultés dans sa recherche de poste.

Notre syndicat a depuis longtemps identifié et dénoncé –en particulier lors des CAP- de nombreux freins à la mobilité :

-  Réductions massives des effectifs
-  Individualisation du régime indemnitaire
-  Cotation fonctionnelle des postes avec le RIFSEEP
-  Attraction des postes NBI
-  Fiches de poste dissuasives, car surdimensionnées
-  Discriminations masquées : l’âge, par exemple (nous avons pourtant une cellule discrimination…)
-  Recruteurs recherchant l’agent immédiatement opérationnel alors que les agents pourraient postuler sur des postes informatiques, budgétaires ou financier et bénéficier de formations à leur prise de poste.
-  Directions à vocation interministérielle ayant une forte tendance à recruter en externe

Lors des 2 dernières rencontres avec la DRH de Bercy, nous avons constaté l’absence de volonté forte de l’Administration à lever les freins à la mobilité, en particulier au niveau ministériel.

La GPEC (gestion prévisionnelle des effectifs) souffre à ce niveau d’un manque d’incitation pour rétablir l’équité en matière de mobilité. La DRH-SG est cantonnée dans le conseil et l’accompagnement l’agent. Au lieu de piloter les recrutements à partir des besoins exprimés par les directions et recruter en les associant, elle n’a pas vraiment droit de regard sur les demandes de mobilité ni réel pouvoir sur les affectations.

Nous n’avons pas non plus de CAP, comme dans les autres ministères et comme dans les directions à réseaux (DGCCRF, DGFIP…), permettant d’examiner et d’attribuer l’ensemble des postes offerts à la mutation. De fait, est mise en place une mobilité sur des postes profilés qui rompent avec le principe d’égalité de traitement dans la fonction publique et la part des postes pourvus par des agents de Bercy s’effrite.

Nous dénonçons cette situation, qui consiste à laisser l’indépendance de recrutement aux directions et aboutit à la fois à une non transparence des critères de recrutement et à laisser pour compte des fonctionnaires postulants au profit des contractuels et des détachements.

Parmi les agents qui ont des difficultés dans leur mobilité, il convient de ne pas oublier la situation dramatique, humainement et financièrement, des agents qui sont en instance d’affectation. Parmi eux, la majorité a plus de 50 ans… ce qui correspondant à l’âge médian en Centrale.

Nous vous souhaitons donc bon courage dans votre démarche de mobilité !
Nous sommes AUSSI à vos côtés pour vous accompagner dans cette démarche.

N’hésitez donc pas à nous contacter !

Documents joints à l'article :