logo-impression
  • Posté le 23 avril 2020 / 78 visites

Audio conférence CTAC du 22 avril 2020

Il s’agissait de la 4ème audioconférence depuis le début du confinement. Une réunion rapide du fait de sa programmation : après l’audioconférence avec les fédérations.
Le contenu de la réunion est insatisfaisant :

- il ne s’agit que d’une réunion informelle d’échanges et non d’un CTAC institutionnel, le dialogue est très limité, la prise en compte de nos revendications également, un simple relevé des points abordés est fait au lieu d’un compte-rendu.

- du fait de la concomitance des réunions, cette réunion de Centrale a été écourtée Et ce d’autant plus qu’un sujet essentiel a été mis de côté : le dé-confinement

- les questions relatives au dé-confinement ont été reportées à un examen au CHSCT- C du 24 avril (que nous avons enfin obtenu malgré les fortes réticences de l’administration) ainsi qu’à l’audio conférence avec les ministres du 25 avril.

Pour la CGT, nos interventions ont principalement porté sur :

  • Une légitime indignation face aux mesures imposées aux agents publics concernant les congés et ARTT.
    - Nous ne sollicitons pas, comme d’autres, l’application du dispositif prévu par l’ordonnance aux agents de Bercy car nous considérons ces mesures indignes comme un racket fait aux agents au mépris des dispositions statutaires.
    - Si une application devait être faite, nous demandons quelle soit faite sur la base d’indications claires et avec la plus grande bienveillance et le plus grand discernement.
  •  La nécessité d’assurer la sécurité sanitaire des agents dès à présent et pour le dé-confinement envisagé : en présentiel sur le lieu de travail mais aussi sur leur trajet dans les transports en commun. Ainsi la présidente de la région IDF a annoncé que, le 11 mai, seuls 50% des transports seront assurés et donc la promiscuité sera réelle.
    - avec des masques fournis par l’employeur
    - Le dépistage des agents en sortie de confinement et une réflexion globale sur cette phase délicate
    - La poursuite du télétravail pour les agents en ALD (Affection de Longue Durée). Pour les agents en ALD ou vivant avec une personne en ALD, qu’ils aient des enfants ou non, il faut prévoir une sortie de confinement beaucoup plus tardive, comme le recommande le gouvernement. S’ils sont télétravailleurs, il faut que leur charge de travail reste adaptée à leur situation
    - La possibilité d’arrêt de travail pour les agents vivant avec un proche fragile, comme cela est acté dans le privé
  •  Une indispensable réflexion spécifique sur la question du télétravail en confinement puis pour la suite afin d’examiner dans un cadre approprié toutes les questions et risques inhérents : matériels, accès à distance, frais engendrés, travail prescrit et management, conditions de travail à domicile dans un environnement familial…
  • Sur les questions RH  :
    - La reconduction systématique des contrats arrivant à échéance, nous sommes inquiets par la convocation d’une CCP le 28 avril devant examiner 3 licenciements.
    - Une attention particulière aux congés bonifiés, car les agents sont dans l’attente de décisions
Documents joints à l'article :