logo-impression
  • Posté le 15 février 2022 / 206 visites

Signature par la CGT de l’accord égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en administration centrale pour 2022

Le 11 février, l’accord égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en administration centrale pour 2022, a été signé par l’ensemble des organisations syndicales.

Cet accord a vu le jour et a été négocié, suite à la demande de la CGT, d’ouverture de négociations sur le périmètre de notre administration centrale sur l’égalité femmes/hommes.

La CGT est un syndicat féministe et résolument engagé, depuis des décennies, dans le combat pour l’égalité des droits dans la vie et au travail.

C’est donc une bonne nouvelle pour l’action syndicale. C’est avant tout une bonne nouvelle pour les agentes et agents.

Bien sûr, cet accord ne va pas régler d’un coup de baguette magique les diverses problématiques.

Il a le mérite de donner un cadre au travail de l’administration, et notre syndicat a mis en priorité la question de l’égalité salariale et de l’égalité des parcours professionnels.

Nous veillerons attentivement à la mise en œuvre de cet accord.

La CGT Centrale Finances continuera à agir pour supprimer concrètement les écarts de rémunérations qui est une mesure prioritaire.

Nous avons proposé un outil complémentaire au dispositif de la DGAFP permettant d’analyser plus finement les écarts de rémunération. Il s’agit de la méthode du "Nuage de points". Cet outil permet d’identifier des différences de traitement entre femmes et hommes sur l’égalité dans le déroulement des carrières.

Au-delà de la mesure des écarts, nous exigeons un budget prévisionnel permettant la mise en place de mesures correctives.

Un salaire égal pour un travail de valeur égale est un principe à réaffirmer et à mettre en œuvre y compris en administration centrale.

En savoir plus sur l’ensemble des revendications c’est ici

Au-delà, les femmes veulent être reconnues dans leurs métiers, bien payées, à égalité avec les hommes au travail. Mais aussi vivre sans violence sexiste et sexuelle.

Nous aurons, une fois encore, l’occasion collective de le rappeler le 8 mars prochain !

Documents joints à l'article :