logo-impression
  • Posté le 14 octobre 2022 / 13 visites

[Podcast Ép. 86] Billet 🔊 – Réforme des retraites : les syndicats en ont sous le pied

Sur le dossier de la réforme des retraites, la belle assurance du gouvernement, du chef de l’État et de sa majorité, pourrait donner l’impression qu’ils ont en partie gagné, que la messe est dite. Or il n’en est rien.

L’opposition unanime des syndicats et de 3 citoyens sur 4 selon certaines enquêtes, la disponibilité des travailleuses et travailleurs pour se mobiliser contre cette réforme, ont déjà obligé l’exécutif à en passer par un texte dédié qui sera présenté cet hiver, et non par des amendements au projet de loi de finances de la Sécurité sociale

C’est en effet peu dire que le dossier est incandescent. Et les organisations syndicales savent qu’elles ont pour elles une capacité d’entraînement qui pourrait changer la donne. C’est ce que vient encore de révéler le Baromètre 2022 « Opinions et attentes des cadres au travail » de l’Ugict-CGT / Secafi / Viavoice.

L’encadrement, dont certains commentateurs veulent encore faire croire qu’il est une catégorie choyée du patronat, se révèle au contraire très hostile et prêt à se mobiliser, à manifester et à faire grève pour défendre leur retraite. Et ce n’est pas pour préserver l’existant, mais pour gagner ou regagner des droits.
Ainsi, 82 % veulent un taux de pension d’au moins 75 % de leur salaire de fin de carrière, alors que le taux de remplacement des retraites n’a fait que baisser ces dernières décennies sous les effets des réformes successives. Alors que leur fin de carrière ne leur offre plus guère d’évolution positive, que leur charge et leur temps de travail n’a fait que croître, elles et ils sont 56 % à vouloir une réforme qui rétablisse l’âge de départ à 60 ans. Et les cadres estiment que le calcul de leur carrière doit intégrer leurs années d’études.

Mais il y a d’autres enquêtes qui attestent du mécontentement. Ainsi, Emmanuel Macron voit en un mois, (c’est à dire notamment depuis les annonces sur la réforme des retraites) sa cote dégringoler de trois points à 28 %) dans un baromètre YouGov pour Le HuffPost.

Et c’est du côté de ses électeurs qu’Emmanuel Macron enregistre la plus forte baisse.
Quant à la Première ministre, la voilà habillée pour l’hiver. Avec une chute de 5 points, elle n’est plus qu’à 23 % d’opinion favorable. Et c’est bien cette réforme des retraites qui fait chuter si lourdement l’exécutif dans les sondages. Car 66 % des Français sont opposés au projet et notamment au décalage de l’âge légal de départ à la retraite, remis sur la table cet automne. Le caractère idéologique de la réforme, véritable leitmotiv macroniste, apparaît très clairement dans ce baromètre du HuffPost où plus d’un Français sur deux confie de pas comprendre l’objectif de ce texte.

On dit souvent qu’un sondage ne fait pas une élection… on l’a déjà vérifié maintes fois. En revanche, il y a souvent eu une corrélation entre le rejet d’une réforme et l’ampleur des mobilisations sociales. Les syndicats en ont donc sous le pied et ils vont pouvoir expliquer, mobiliser dans les semaines à venir.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT