logo-impression
  • Posté le 8 juin 2021 / 224 visites

Groupe de travail n°2 sur l’égalité professionnelle Femme/Homme sur le périmètre de la Centrale du MEFR 4 juin 2021

En présence de toutes les OS et de l’administration (Mme Plumeau), s’est tenu le 4 juin 2021, le deuxième groupe de travail sur la déclinaison à l’échelle de la Centrale du plan ministériel pour l’égalité Femme/Homme.

L’administration a présenté le projet de plan modifié, suite aux échanges du 1er GT, pour la période 2020-2022 décomposé en 5 axes, eux-mêmes déclinés en 16 mesures, elles-mêmes traduites maintenant par 46 indicateurs (Avec 46 indicateurs, on peut s’interroger sur la part des agents de Centrale qui prendront connaissance d’un plan aussi prolixe même si certains indicateurs ne sont pas évolutifs et rendent compte de la réalisation d’une action ponctuelle ; ex :décliner le souci et la prise en compte de l’égalité F/H dans les lettres d’objectifs annuels des directeurs d’administration centrale).

Ce deuxième GT a étudié les modifications prises en compte par l’administration concernant les 3 premiers axes et examiné les deux derniers axes relatifs respectivement :
• Axe 4 : Prévenir et lutter contre les violences sexistes et sexuelles
• Axe 5 : Améliorer la gouvernance pour l’application de la politique d’égalité.

Pour mémoire, les 3 premiers axes portaient sur :
• Axe 1 : Mieux articuler la vie professionnelle et la vie personnelle dont notamment l’affirmation du droit à la déconnexion et au télétravail.
• Axe 2 : Garantir l’égalité des parcours professionnels et l’égalité salariale dont notamment une meilleure proportion de femmes dans les nominations aux emplois de direction et la réduction des écarts de rémunération.
• Axe 3 : Favoriser la mixité des métiers en s’assurant de la féminisation systématique de l’intitulé des postes et en veillant à une représentation équilibrée des candidatures de femmes et d’hommes.

Ce que l’on peut retenir de manière concise (après 2H 30 d’une réunion qui s’est terminée à l’heure prévue) :

  • L’administration a indiqué avoir eu le souci de prendre en compte les observations des OS et c’est un point que l’on peut reconnaître en considérant les nombreux rajouts et modifications par rapport au premier projet. Bien sûr, certains points n’ont pas été suffisamment pris en compte comme par exemple la question du budget consacré à la résorption puis la suppression à terme des écarts de rémunération entre F et H à grade et corps équivalent. Pour 2022, un premier budget de 200 000 euros a été décidé à destination des secrétaires et assistants dont 96 % sont des femmes. Ce premier budget ne doit pas rester sans lendemain.
  • L’axe 4, axe malheureusement emblématique des nécessaires changements comportementaux, apparaît équilibré en intégrant des actions de communication, de formations nécessaires à la détection et à la fin des violences sexistes et sexuelles, de fiches réflexe et d’alerte et une enquête régulière sur cette thématique. Les OS ont notamment, mis en avant la nécessité d’une part de renforcer les fonctions d’assistants de prévention auprès de qui des faits peuvent être signalés, et d’autre part de dresser des états des lieux sur le périmètre de la centrale pour se focaliser sur les comportements existants et enregistrés au MEFR.
  • L’axe 5 traduit, principalement, la problématique de la gouvernance de ce plan d’égalité, de sa mise en œuvre par les responsables des directions et son suivi partagé par l’administration et les OS.
  • En examinant les principales modifications des trois premiers axes qu’il est difficile de replacer dans le contexte général de ces axes en restant concis, on peut retenir :
    • L’accord sur le télétravail déjà signé, ainsi que les chartes en cours de rédaction sur la gestion du temps et le droit à la déconnexion ont été réaffirmés dans ce projet.
    • La volonté d’augmenter les places en crèche devrait être traduite en objectif chiffré.
    • Un mentorat à destination de femmes souhaitant évoluer professionnellement devrait être mis en place.
    • Le recours à une association pour aider le MEFR à améliorer la visibilité des personnels féminins lors de manifestations publiques n’a pas été au final retenu ; le MEFR se suffisant, à juste titre, à lui-même.
    • Un objectif visant à mieux faire connaître les métiers du ministère et favoriser la mixité F/H, pour des recrutements en externe, a été proposé.

Pour les trois premiers axes, vous pouvez utilement vous reporter au compte rendu du premier groupe de travail que nous avions rédigé.

En conclusion, l’administration a indiqué vouloir aboutir pour le mois de juillet à un plan partagé et proposé à la signature des OS. Une dernière version modifiée et tenant compte de ce second GT sera proposée aux OS en juin vraisemblablement.

La CGT a indiqué, pour ce plan, qu’un grand nombre de remarques des OS avaient été prises en considération par l’administration et que cette prise en compte permettait de pouvoir qualifier ce document de relativement partagé. Le principe d’un premier budget de 200 000 euros permet de traduire, dès 2022, les bonnes intentions affichées en actes. Cet effort doit être poursuivi les prochaines années de manière à prendre un tournant significatif.

Documents joints à l'article :